Les vétérinaires...

... peuvent aussi vous aider.

La loi (article R 242-48-IV du code rural) oblige les vétérinaires à répondre, dans les limites de leurs possibilités, à tout appel qui leur est adressé pour apporter des soins d’urgence à un animal (d'autant plus lorsque celui-ci est une espèce protégée).
S’il ne peut répondre à votre demande, le vétérinaire doit indiquer le nom d’un confrère susceptible d’y répondre.

Les animaux faune sauvage autochtones ont une valeur patrimoniale et n'appartiennent à personne, aussi les soins sont gratuits.

Vous êtes ici : accueil >> centre de sauvegarde >> secourir un animal

Secourir un animal...

  • ... sauvage
  • ... domestique

Sommaire

Rappel (Loi)

Le transport d’animaux sauvages ne peut normalement se faire sans autorisation. Toutefois il existe une tolérance pour amener un animal vers un centre de sauvegarde.

>> En cas d’urgence (c'est-à-dire la survie de l’animal ou sa capacité à être réinséré dans la nature est manifestement menacée) et en l’absence de meilleure solution, le transport sans formalité est toléré si vous vous dirigez, dans les plus brefs délais et par l’itinéraire le plus direct, vers un centre de sauvegarde.

Avant de prendre le volant, prévenez :
Le centre vers lequel vous vous dirigez : celui-ci peut ainsi préparer la logistique d’accueil.

Remonter

Ceux qui n'ont pas besoin de vous

Avant d'attraper un animal sauvage, assurez-vous que celui-ci est réellement en danger.

Certains petits peuvent être vus sans leur mère sans que cela signifie qu'ils sont abandonnés.

©CHENE
©Pierre Demeure
©Paul Caudron

icone Les fiches pratiquesLes jeunes oiseaux

Les jeunes merles, grives, rapaces nocturnes (chouettes et hiboux) se retrouvent au sol avant de savoir voler, c'est normal. Leurs parents ne sont pas loin, ils les nourrissent encore, ils attendent simplement que vous partiez pour sortir de leur cachette.
Vous pouvez les poser sur une branche en hauteur si vous constatez un danger de prédation de la part d'un animal domestique (ex : votre chat).

Même s'ils ont été manipulés (pendant peu de temps), leurs parents les reprendront en charge.

Ils ont de toutes façons, plus de chance de s'en sortir en restant dans leur milieu, ils recevront la meilleure des éducations pour affronter leur vie future.

icone Les fiches pratiquesLes faons et levrauts

Ces adorables frimousses préfèrent aussi que vous les laissiez tranquille.
En présence d'un prédateur la mère attire celui-ci loin de ses petits. Les faons et levrauts restent tapis dans l'herbe, se fondant dans le décor, camouflés grâce à leur pelage. De plus ils n'émettent pas d'odeur, ce qui rend leur présence quasi indécelable.

NE LES TOUCHEZ PAS !

> N'intervenez que si vous constatez des blessures, un comportement anormal (il n'arrête pas de crier) ou un risque de prédation de la part d'un animal domestique (ex : votre chien).
> Dans ce cas contactez tout de suite le Centre de soins le plus proche.

> Nous contacter / 02 35 96 06 54
> Contacter un autre centre de soins

Remonter

Les premiers gestes

1- Il faut rester calme, faire le moins de bruit possible, l'animal a peur.

2- Utilisez des gants, un vêtement épais pour l'attraper, le manipuler.

ATTENTION aux serres de rapace (comme leur nom l'indique ils serrent très fort et ont de puissantes griffes), aux ailes de cygne (très puissantes elles peuvent casser un bras), aux becs des échassiers ( qui sont pointus comme un couteau et tranchants) et à la détente de leur cou (très bien adaptés pour la chasse et la pêche, ils peuvent surprendre), aux griffes et dents des mammifères (certains peuvent transmettre des maladies).
N'allez pas vous blesser !

3- Placez l'animal dans un carton adapté à sa taille, percé de quelques trous sur le dessus (à l'aide d'un stylo, de la taille de la pointe, pas plus gros), avec au fond du papier journal.
N'employez surtout pas de cage à oiseaux, les animaux sauvages ne supportent pas la captivité, ils cherchent à s'enfuir par tous les moyens et risquent de se blesser.

4- Isolez le dans un endroit calme et chaud.
Vous pouvez mettre une bouillotte dans son carton, si l'animal est choqué ou très jeune.

5- Ne lui donnez ni à manger, ni à boire sans avoir reçu les conseils d'un professionel.

6- N'oubliez pas de vous laver les mains après avoir manipulé un animal sauvage.

7- Contactez tout de suite le Centre de soins le plus proche.

> Nous contacter / 02 35 96 06 54
> Contacter un autre centre de soins

Remonter

En savoir +

Rendez-vous sur le site de l'UFCS (section "URGENCES", tout en bas "Pour en savoir plus"), ils ont fait un formidable travail.
La contention, les différents manipulations, les risques d'imprégnation, tout est très bien expliqué.

Remonter

Nous ne sommes pas habilités à recevoir des animaux domestiques, dans la mesure où notre mission est de relâcher les animaux accueillis dans leur milieu naturel.

Cependant nous aimons aussi les vaches, chats, chiens et autres chevaux.

Si vous avez constaté des cas de maltraitance, voici quelques liens qui, nous l'espèrons, vous aideront dans votre démarche.

N'hésitez pas à nous contacter en cas de problème > Nous contacter / 02 35 96 06 54